LE CARÊME ou LA SAINTE QUARANTAINE

LE CARÊME ou LA SAINTE QUARANTAINE

(contraction du latin quadragesima (dies) – quarantième jour)

Le carême est une période de jeûne et d’abstinence de quarante jours instituée au IVème siècle en référence aux 40 jours de jeûne de Jésus entre son baptême et le début de sa vie publique.

C’est un temps de préparation spirituelle à la commémoration de la passion du Christ et à la célébration de sa résurrection au matin de Pâques. Il a pour objet le détachement et la pénitence pour susciter la faim de Dieu et sa pratique consiste à manger peu, à supprimer certains aliments, surtout la viande et à s’abstenir de relations sexuelles.

Le carême ne s’observant pas le dimanche, ces 40 jours sont observés sur 46 jours du mercredi des cendres au Samedi Saint inclus.

C’est au VIIème siècle que le carême fut établi dans son calendrier actuel. A cette époque il consistait à prendre un seul repas en fin de journée et à ne prendre aucune nourriture les vendredi et samedi saints. L’Islam naissant au VIIème siècle, on peut noter la ressemblance entre carême chrétien et jeûne de ramadam qui consiste à ne manger que le soir, forme qu’il a gardé jusqu’à aujourd’hui.

Les historiens considèrent que cette période de modération alimentaire au printemps alors que les récoltes de l’année précédente s’épuisaient et que les nouvelles n’étaient pas arrivées, permettait de passer le cap sans famine.

Dans l’Eglise catholique, les exigences concernant le jeûne ont beaucoup varié au cours des siècles et se sont progressivement allégées à tous points de vue, durée, sévérité, interdictions alimentaires ou sexuelles. Depuis 1949 elle ne prescrit plus le jeûne proprement dit que le Mercredi des Cendres et le Vendredi Saint.

Aujourd’hui le carême y est davantage vécu comme un temps de ressourcement spirituel et de partage. Le catholique est appelé à se libérer de ses diverses dépendances (sucreries, tabac, télévision, ordinateur, etc…) et à produire ou à participer à des actes de solidarité toutes choses sensées le préparer à vivre plus intensément le temps de la Passion et la célébration de la Résurrection de notre Seigneur.

Dans les églises (de rite byzantin) orthodoxes le Grand carême est précédé du Petit carême qui commence cinq dimanches avant et permet d’entrer progressivement dans la période du carême proprement dit. Il et se termine par le dimanche du pardon (fin du carnaval). Le lendemain, lundi pur (48j avant Pâques) est le premier jour du Grand Carême orthodoxe qui s’arrête le Dimanches des Rameaux, la Semaine Sainte n’est pas incluse dans la période de jeûne.

Ce « voyage spirituel dont la destination est Pâques » ( Alexandre Schmemann –théologien) est beaucoup plus strict et plus suivi que dans le catholicisme. Il revêt pour les orthodoxes une importance à la mesure de celle de la fête de Pâques qui rassemble très massivement les fidèles.

Bien que Pâques soit la fête majeure pour tous les chrétiens c’est plutôt à Noël que les fidèles catholiques emplissent les églises, bien que s’amorce un changement.

«  Que vous ayez jeûné ou non, réjouissez-vous aujourd’hui. La table est préparée, goûtez-en tous ; …que nul ne s’en retourne à jeun. …Que nul ne se lamente sur ses fautes, car le pardon a jailli du tombeau. Que nul ne craigne la mort, car celle du Sauveur nous en a délivrés. »

St Jean Chrisostome

En plus du carême pascal les églises de rite byzantin observent avant Noël une autre période de jeûne entre le 15 nov. et le 25 déc. période de l’Avent.

 

Les Eglises issues de la Réforme protestante dont la sotériologie (théologie du salut) reconnait la repentance mais pas les œuvres de repentance dans l’économie du salut, n’imposent pas de pratique de pénitence et de jeûne.

Elles insistent durant cette période sur la prédication et la méditation de la parole.

On trouve parfois dans le luthéranisme la recommandation de s’abstenir de viande le Vendredi Saint, mais de façon non directive car aucune consigne n’a été laissée aux apôtres dans ce sens par le Christ.

………………………………………..

Quelques questions et considérations pour nourrir la discussion

Dans l’AT, je jeûne est un rite de pénitence et de deuil. Mt 6, 16-18

Durant tout le ministère le Christ et ses apôtres ne jeunent pas. Mc 2 18-22, Mt 11 28-30, ce qui suscite des interrogations.

Jésus jeûne seul entre son baptême et son ministère, doit-on le rattacher au jeûne traditionnel juif de deuil ou de repentance, ou bien Jésus inaugure-t-il un autre type de jeûne (conversion, préparation)?

4 – totalité ……. 40 ans – une génération (vie entière).

40 ans de marche vers la terre promise (de rencontre avec Dieu)

40 jours et 40 nuits, c’est la durée du déluge

40 jours au désert avant le début de la prédication (ministère public)

…temps de purification, de maturation, d’accomplissement dont l’issue est toujours un temps de grâce.

Le temps de carême – Un temps pour se nourrir du pain véritable, du pain de Dieu (manne), du pain de vie ?

La vie est-elle un carême (voyage spirituel) dont la destination est la résurrection ?

Publicités

Une réflexion sur “LE CARÊME ou LA SAINTE QUARANTAINE

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s